Archive pour 14 septembre 2011

Les 5 profils en vogue dans le conseil et l’audit

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

Traditionnellement gros pourvoyeurs d’emplois pour les jeunes diplômés, les secteurs du conseil et de l’audit courtisent de plus en plus les profils expérimentés. « C’est l’une de nos années les plus importantes en expérimentés », reconnaît Caroline Haquet, DRH France chez Mazars qui table sur 400 embauches d’ici août 2011, dont 20 % d’expérimentés (Le Figaro.fr).

Il faut dire que depuis la crise de 2008-2009, les missions sont devenues plutôt ardues. Il s’agit en effet de réorganiser, restructurer, aménager, encadrer, contrôler les entreprises. Des besoins qui ont d’abord été exprimés par le secteur de la banque-assurance, mais qui aujourd’hui concernent tous les secteurs. « Beaucoup portent sur l’amélioration de la performance financière, la réorganisation », indique Marlène Ribeiro, manager senior chez Michael Page (mediaetudiant.fr).

 

Transation Services

Les grandes sociétés ont donc recommencé à solliciter les conseils des experts en transactions suite aux réorganisations d’après crise. « Dans les Transaction Advisory Services, nous sommes actuellement en plein phénomène de mercato et cela ne fait que commencer », confirme Thierry Carlier-Lacour, directeur associé chez Nicholas Angell Executive Search. Les cabinets doivent en effet remplacer ceux qui sont partis à la concurrence. C’est le cas par exemple pour Ernst & Young qui a débauché une équipe de chez Deloitte afin de remplacer celle partie chez Eight Advisory.

Pour étoffer leurs équipes, les grands cabinets ne se contentent pas d’ailleurs de débaucher chez leurs concurrents directs, mais aussi dans la banque. Ainsi, le mois dernier, Eight Advisory a recruté deux nouveaux seniors advisors, dont l’un vient de Natixis et l’autre a effectué toute sa carrière en banque d’affaires. Et ce n’est qu’un début puisque la société spécialisée dans le conseil financier et opérationnel, qui compte aujourd’hui 100 professionnels, va continuer d’embaucher. « Notre ambition est d’avoir d’ici deux ou trois ans 150 personnes en France », affirme son président Pascal Raidron.

 

Restructuring

Les mouvements se multiplient également chez les spécialistes parisiens du conseil en restructuration qui recrutent afin de bénéficier de la forte demande en matière de retournement venant d’entreprises en difficulté. Des opportunités sont donc à saisir dans des cabinets comme Oliver Wyman ou Alvarez & Marsal, qui veut doubler de taille en France d’ici à trois ans.

 

Corporate Finance

Des recrutements ont lieu, notamment dans le conseil en fusions et acquisitions. Déjà forte d’une vingtaine de professionnels en France, l’équipe d’Ernst & Young Corporate Finance recherche des consultants expérimentés disponibles à compter de mars 2011.

 

Organisation & contrôle

Tous les professionnels du recrutement s’accordent à dire que la demande est forte pour tout ce qui concerne les aspects réglementaires (Bâle III, Solvency II…), ainsi que le contrôle des risques.

 

Système d’Information (SI)

Ce n’est guère une surprise étant donné la bonne santé retrouvée des SSII qui, plus que jamais, ont besoin de s’entourer de conseillers spécialisés. À noter que consultants ayant des compétences dans les ERP (Oracle, SAP…) sont particulièrement convoités.

Enfin, beaucoup d’autres domaines sont concernés

« Nous voulons dynamiser notre branche conseil et nous lançons des domaines comme la supply chain, la stratégie IT, nous nous développons dans le secteur public, financier, assurance », poursuit Caroline Haquet. « Il y a tous les domaines auxquels on ne pense pas spontanément comme l’assurance et l’audit interne, qui font appel à des actuaires ou des auditeurs en externe, car ils n’ont pas un besoin fondamental d’avoir ces compétences en interne », conclut Thierry Carlier-Lacour.

 

Thierry Iochem

OPINION : « Un conseil : esquivez les charmantes stagiaires

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

 

 

J’aimerais, si vous le voulez bien, commencer par un état de fait : les filles qui décrochent un stage en banque d’investissement sont généralement mignonnes. Elles possèdent également toutes les compétences requises et la perspicacité exigée pour un poste junior dans une banque. Les plus brillantes auront compris dès le premier jour que la seule chose qui importe est d’impressionner autant de personnes que possible.

Si vous êtes un analyste ou un associé surmené (voire un VP avec un penchant pour les saisir au berceau), les stagiaires peuvent ainsi se montrer irrésistibles. En passant 14 heures par jour devant votre écran, il est peu probable que votre corps puisse être comparé à celui de Brad Pitt, mais l’attention flatteuse que vous porte une jeune fille de 20 ans et quelques, en quête effréné d’un emploi, peut vous convaincre que vous avez gardé belle allure.

 

Le destin faisant, croit-on, bien les choses, les banques organisent souvent une série d’évènements type networking avec boissons à volonté et autant d’opportunités d’impressionner ces « oh si facilement » impressionnables jeunes gens. Après un certain nombre de verres (trop de toute façon), vous êtes bel et bien convaincu de ressembler à Brad Pitt. Sauf que, croyez-moi, vous en êtes toujours aussi loin.

Je parle par expérience. Je suis passé par là : l’abus d’alcool me conduit à cibler une Angelina et à lui faire la cour dans la cage d’escalier, après avoir passé ma journée scotché sur des docs Excel.

Personnellement, j’ai flirté avec une stagiaire d’un autre département de la banque, de l’autre côté de la muraille de Chine comme l’on dit. Tout comme à l’occasion de nombreuses levées de capitaux ou d’opérations de fusion ou d’acquisition, il a été prouvé une nouvelle fois que le mur n’était pas si difficile à enjamber (sans mauvais jeu de mots).

Le problème est qu’aucun secret ne peut être tenu dans les banques. Si vous pensez que votre patron ne sait pas que vous avez trafiqué vos frais à l’occasion de votre dernier business trip, vous vous leurrez. Votre collègue se rappelle la dernière fois que vous avez eu une aventure et la secrétaire écoute tous vos appels personnels. Plus inquétant encore, cette personne que vous détestez le plus dans votre équipe sait pourquoi vous avez disparu cinq minutes lors du dernier offsite (et pourquoi vous êtes revenu si enjoué et bavard). Bienvenue dans la banque. Si cela ne vous plaît pas, vous pouvez toujours travailler ailleurs.

Tôt ou tard, vous serez aperçu prenant le taxi avec Angelina, ou déjeunant avec elle dans un petit café où vous étiez pourtant persuadé que personne ne vous verrait. Cela a tout l’air d’une bonne idée sur le moment, mais rétrospectivement il vous semblera que c’était au moins aussi stupide que la fois où, encore à moitié ivre, vous aviez soumis ce reçu de Stringfellows dans vos frais.

Ne faites pas cette erreur. Cela ne fera ne vous rendra aucune faveur pour votre carrière. Et croyez-moi, Angelina ne se retournera même pas une seule fois sur vous une fois son stage terminée.

Anonyme

L’auteur, ancien banquier d’affaires, est un professionnel qui travaille désormais dans un fonds de private equity, à Londres

 

septembre 2011
L M M J V S D
    Oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930