Archive pour 15 septembre 2011

Miwablo et pour tous ceux qui ont envie de prendre le contrôle de leur avenir professionnel

Ecrit par wediko sur . Publié dans Innovation

Pour tous les Béninois et surtout pour tous ceux qui veulent réussir.

Pour tous ceux qui ont envie de révéler leur potentiel humain mais qui se questionnent sur les moyens d’y parvenir.

Pour tous ceux qui sont parfaitement conscients qu’aujourd’hui, une grande partie de la croissance économique est le produit du capital humain.

Pour tous ceux qui ne veulent plus subir leur époque et qui souhaitent la façonnner.

Pour tous ceux qui ont la motivation et l’envie de faire le métier qui leur ressemble et qui a du sens.

Pour tous ceux qui recherchent l’épanouissement professionnel, l’action plutôt que l’assistanat.

Pour tous ceux qui se demandent pourquoi ils devraient faire plus d’efforts pour s’insérer alors qu’ils ont désormais les compétences nécessaires pour exceller.

Pour tous ceux qui ne veulent plus supplier une entreprise mais qui proposent d’offrir ou de vendre un talent.

Pour tous ceux qui ont envie d’avoir le choix, quoiqu’il arrive, d’être acteur de leur réussite.

Pour tous ceux-là, Miwablo se fera le porte-flambeau de leur démarche.

 

Pour vous plus d’information rendez-vous sur : « http://www.miwablo.com »

Un diplômé africain sur huit de l’enseignement supérieur vit dans un pays de l’OCDE

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

La Banque mondiale propose que les 30,6 millions d’Africains expatriés contribuent plus efficacement au développement de leur continent. 

La France et la Côte d’Ivoire sont les deux destinations privilégiées des Africains qui émigrent. L’ancienne puissance coloniale en héberge sur son sol 2,754 millions alors que le premier producteur mondial de cacao en accueille 2,448 millions. La Banque mondiale cite ces chiffres en préambule d’une étude inédite visant à «démultiplier l’impact (économique) des migrations pour l’Afrique». C’est une façon de rappeler que tous les Africains qui vont vivre en dehors de leur pays d’origine ne quittent pas forcément le continent. «Deux tiers des migrants d’Afrique subsaharienne, notamment les plus pauvres, vont s’établir dans d’autres régions du continent, alors que dans le cas de l’Afrique du Nord 90 % sont partis outre-mer», note le rapport.

Que la Côte d’Ivoire se positionne comme le principal pôle d’attraction peut évidemment surprendre : le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) vient de signaler que plus de 150.000 Ivoiriens ont dû s’enfuir au Liberia ces dernières semaines. Mais le fait est que, depuis l’époque de la colonisation française, le pays n’a cessé d’attirer la main-d’œuvre voisine. Au point que dans les années 1970, le président Houphouët-Boigny avait dû lancer la notion d’«ivoirité» pour rassurer ses concitoyens inquiets de l’afflux d’étrangers.

Les flux et reflux démographiques que connaît la Côte d’Ivoire illustrent bien l’ambivalence des migrations interafricaines. Elles obéissent certes principalement à des motivations économiques en faveur des pays les plus riches, comme le Nigeria et l’Afrique du Sud. Mais il s’agit parfois de «migrations forcées». L’UNHCR dénombre actuellement 2,2 millions de réfugiés qui ont dû fuir, à la suite de guerres ou de catastrophes naturelles, sans compter les 6,5 millions de gens déplacés au sein de leur propre pays.

 

La fuite des cerveaux, atteint des proportions alarmantes

On ne saurait donc sous-estimer l’impact négatif des flux migratoires sur les régions délaissées. L’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique, Shantayanan Devarajan, admet que «la fuite de capital humain» pénalise «les pays de petite taille et à faible revenu» ainsi que «les pays fragiles qui sortent d’un conflit». Phénomène plus général, le brain drain, la fuite des cerveaux, atteint des proportions alarmantes. La Banque note qu’un diplômé africain sur huit de l’enseignement supérieur vit dans un pays de l’OCDE. C’est un véritable fléau au Ghana : 37,1 % de médecins formés dans ses facultés et 55,9 % des praticiens nés sur ses terres exercent à l’étranger. Au total, 11 % des infirmières et 18 % des médecins éduqués au sud du Sahara travaillent sous d’autres cieux, avec pour conséquence une pénurie des personnels médicaux d’autant plus accusée que le pays est pauvre.

Malgré ces réserves, les experts de la Banque mondiale estiment que «les Africains vivant à l’étranger constituent une ressource vitale». Le principal canal, ce sont les envois de fonds, les remittances, selon le terme anglais, que les expatriés adressent régulièrement à leurs familles restées dans la mère patrie. Ce vecteur est désormais plus important que l’aide publique au développement. Il a véhiculé 39,7 milliards de dollars en 2010, dont 21,5 milliards pour l’Afrique du Nord et 18,2 pour les régions subsahariennes. Ces fonds sont également moins volatils que les investissements directs étrangers, qui ont chuté en 2009 avec la crise.

 

Instaurer la double nationalité pour leurs émigrés

Il est possible d’accroître l’impact de ces financements qui se font au sein des familles par-delà les frontières, estime Dilip Ratha, l’économiste principal de la Banque pour les questions de migrations. «Certains pays, comme le Mexique et la Turquie, ont essayé d’orienter leurs capitaux à des fins d’investissements collectifs, mais cela n’a pas marché. Il faut préserver leur caractère privé, tout comme est personnelle la décision d’émigrer», juge cet ancien économiste de Crédit Agricole Indosuez, d’origine indienne. Il propose, en revanche, de s’attaquer au problème endémique des coûts de transactions, totalement excessifs (il faut payer 20 dollars pour l’envoi de 200 dollars). La solution serait de faire jouer les réseaux des postes et les entreprises de téléphonie mobile.

Au-delà des remittances, Dilip Ratha préconise de mobiliser l’ensemble de l’épargne des diasporas, qu’il évalue à 30,4 milliards de dollars annuellement pour les pays subsahariens. L’idée consisterait à émettre des bons d’épargne, à l’instar de ce qu’Israël et l’Inde font depuis longtemps, et que la Grèce s’efforce de mettre en place auprès de sa propre diaspora. Ces titres, émis à des taux hors marché, pour des valeurs nominales de 100 à 10.000 dollars, serviraient à «financer des infrastructures, des projets de santé et d’éducation».

Last but not least, Dilip Ratha exhorte les États africains à instaurer la double nationalité pour leurs émigrés (seulement 20 sur 54 l’acceptent) de façon à renforcer les liens avec leurs communautés étrangères. Il ne doute pas que ces diasporas aient un grand avenir compte tenu des évolutions démographiques. À l’horizon 2050, la population en âge de travailler aura diminué de 88 millions en l’Europe occidentale, quand l’Afrique subsaharienne aura accru la sienne de 699 millions !

 

Jean-Pierre Robin

 

Le Figaro

La lettre de motivation à ne PAS ENVOYER à Goldman Sachs ou à Bank of Africa

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

Il existe une subtile nuance entre la confiance en soi et un égo surdimensionné. Autre point crucial : savoir sentir la limite entre ce qui peut intéresser les recruteurs – vos accomplissements professionnels -, et ce qui est clairement hors-sujet.

La lettre de motivation d’un certain Jeremy King diplômé de l’Université de Floride, ci-dessous, fait actuellement le tour des bureaux de La City et constitue une leçon sur ce qu’il NE FAUT PAS FAIRE si vous souhaitez avoir une chance de décrocher un job chez Goldman Sachs (ou ailleurs).

Immanquablement, on pense ici à Aleksey Vayner, candidat malheureux pour un poste chez UBS à New-York en 2006 (newyorker.com).

Nous avons choisi de retranscrire la lettre de motivation dans sa version originale, en anglais, pour lui garder toute sa saveur. Notre passage préféré : “I’m not asking you to do this for me, I’m asking you to do this for us.”

 

La lettre de motivation dans sa totalité :

“As of this moment you probably have never heard of me before and I accept that, but in five years you will look back unable to imagine life without me. My desire to succeed in the investment industry is beyond comparison and I will not stop working towards this goal until the day my heart stops beating. I would love to say my parents or teachers in the past taught me the value of investments and the proper ways to handle them at a young age, but this would not be the truth. The truth is my mind created the concept before I was even old enough to understand it. At age 6, I would buy candy from Sam’s Club wholesale and trade it in the lunchroom for items several times its value.

At age 11, I purchased a $180 TV for my brother and charged him $10 a week for 25 weeks. Even as I write this letter, I’m getting phone calls and text messages from people asking what stocks I put my money in today and where they should put theirs tomorrow. This is the life I live every day but I don’t want to stay like this forever, I want to learn and I don’t want to settle.

 

Goldman Sachs is where I want to work and there’s no alternative in my mind. Allow me this opportunity and I will be the best investor you have ever seen. I will work non stop to make sure Goldman Sachs stays on top for as long as I breathe. I’m not asking you to do this for me, I’m asking you to do this for us.

 

I do not quit. I will achieve greatness. To me, failure is an opportunity to do better next time and a lesson learned. I do not work for status or prestige, I believe that the only way to true success is perfecting the arts of communication and efficiency both in and out of the workplace. I listen before I judge and I think before I speak; it is these qualities that make up my character and allow me to perform the tasks I take on with greater efficiency than others. Time is precious, sacred perhaps; it is one thing we can never get back and one thing I do not intend to waste. I work well even in an atmosphere of urgency and still understand the important of patience. I am forever learning and I sincerely hope in the near future we can begin to learn from one another.”

 

Julia Lemarchand

 

septembre 2011
L M M J V S D
    Oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930