Archive pour 18 juillet 2012

4 choses que vous ignoriez sur les ragots de bureau

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise

1. Les rumeurs de bureau s’avèrent exactes dans 70 à 90% des cas.

2. Les auteurs de ragots se sentent plus soutenus et le commérage positif, c’est-à-dire faire l’éloge de quelqu’un, aboutit à leur donner un regain d’estime de soi. Le commérage positif est de toute façon une bonne idée parce que ce que vous dites des autres est associé à vous.

Dans son livre, 59 Seconds: Change Your Life in Under a Minute, Richard Wiseman explique très bien ce phénomène : « Lorsque vous commérez à propos d’une autre personne, les auditeurs vous associent inconsciemment au caractéristiques que vous décrivez, ce qui conduit au « transfert » de ces caractéristiques sur vous.  Donc, lorsque vous dites des choses positives et agréables à propos d’amis et de collègues, vous êtes perçu comme une personne gentille. Par contraste, les plaintes constantes à propos de leurs échecs conduisent les gens à vous attribuer ces défauts et cette incompétence ».

3. Les ragots servent un but positif : ils contribuent à rétablir les limites de ce qu’on considère être un mauvais comportement dans un réseau social et ils soulagent du stress.

C’est la conclusion d’une étude de l’Université de Californie Berkeley menée par le psychologue social Robb Willer, qui a constaté que le cœur des sujets s’emballait lorsqu’ils voyaient quelqu’un mal se comporter, mais que cette augmentation du rythme cardiaque s’atténuait dès qu’ils pouvaient relayer cette information pour alerter les autres. « Répandre une information à propos de la personne qu’ils avaient vue mal se comporter avait tendance à aider les gens à se sentir mieux, à calmer la frustration qui les avait conduit à commérer », explique Willer.

En outre, la menace du ragot rend les gens moins égoïstes et plus justes. C’est le résultat d’une étude menée par Bianca Beersma et Gerben Van Kleef de l’université d’Amsterdam. Ils ont rassemblé des personnes en leur disant qu’elles avaient été choisies pour distribuer une centaine de tickets d’une loterie dotée d’un prix constitué d’argent liquide. Les gens pouvaient soit se comporter égoïstement, et garder les tickets, ou choisir de les distribuer. Les chercheurs ont dit à une personne sur deux que ce qu’elle ferait des tickets resterait secret, et à l’autre, ils ont dit que le groupe serait informé de la répartition qu’elle avait faite avec les tickets.

Dans chaque groupe, les gens agirent plus ou moins égoïstement, la plupart des gens gardant plus de tickets qu’ils n’en distribuaient. Mais lorsqu’ils savaient que leurs actions seraient connues, ils agissaient de façon plus généreuse. « Lorsque la menace du commérage existe, les membres du groupe peuvent s’attendre que l’on parle d’eux s’ils décident d’adopter le comportement le plus égoïste », écrivent les auteurs.

4. L’ennemi de votre ennemi est votre ami. Partager des sentiments négatifs à propos d’un tiers peut augmenter la proximité entre les deux personnes.

Source : Express.be

juillet 2012
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031