Articles marqués avec ‘Banque d’investissement’

10 techniques psychologiques pour vous aider à décrocher un emploi

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

Vous avez suivi tous les conseils : vous documenter sur l’entreprise, soigner votre présentation, arriver tôt pour l’entretien, et tout le reste. Maintenant, c’est à votre tour de parler, comment comptez-vous impressionner le recruteur ? En essayant de jouer (aussi) la carte psychologique. Car un recrutement ne se base pas uniquement sur des critères de compétences et d’expérience, il inclut aussi les émotions et les réactions instinctives. Voici 10 trucs psychologiques pour vousaider à bâtir un climat psychologique favorable :

1 – Soyez bavard, mais pas vantard

Les employeurs affirment souvent que seuls comptent l’expérience du candidat et sa qualification, mais cela ne s’avère pas exact.

Une étude basée sur 116 jeunes diplômés à la recherche de leur premier emploi a démontré que ceux qui réussissaient le mieux leurs entretiens étaient ceux qui se faisaient bien voir, faisaient l’éloge de l’entreprise, complimentaient le recruteur, manifestaient de l’enthousiasme, parlaient de leurs intérêts communs, souriaient, et maintenaient le contact oculaire. A contrario, ceux qui se contentaient d’évoquer leurs compétences et leurs réussites ne réussissaient pas aussi bien.

2 – Le contrôle

Les employeurs demandent souvent au candidat d’expliquer comment il est parvenu à surmonter des  situations difficiles dans le passé. Les recherchent suggèrent que dans cette situation, il importe de démontrer que quoi qu’il vous soit arrivé, vous êtes parvenu par vos initiatives à toujours contrôler la situation, plutôt que d’être soumis aux aléas de cette expérience.

3 – Parlez-vous

Même si se parler à soi-même ne dénote pas toujours une excellente santé mentale, il a été prouvé que cela pouvait être bénéfique en situation d’entretien, lorsqu’il s’agissait de conseils pour se guider soi-même. Vous pouvez par exemple vous dire : « Je peux entrer dans la pièce d’une manière confiante », ou encore « Je peux sourire et serrer fermement la main du recruteur ». Par contre, ne vous parlez pas à vous-même ouvertement devant votre recruteur…

4 – L’imagerie mentale

Dans une étude, on a demandé à des participants de s’imaginer confiant et décontracté lors de leur prochain entretien de recrutement. Puis ils devaient imaginer que l’entretien se passait bien, et qu’ils décrochaient l’emploi en question.

Ceux qui utilisèrent cette technique se comportèrent mieux que les autres lors d’une simulation d’entretien, et ils étaient moins stressés.

5 – Evitez les sourires de façade

Tous les signes de langage corporel peuvent contribuer à donner une bonne impression : sourire, maintenir le contact oculaire, se pencher légèrement en avant. Cependant, évitez de sourire si cela n’est pas authentique : un faux sourire n’a pas du tout la même valeur qu’un vrai.

6 – La fameuse poignée de main

Dans une étude de 2008, Stewart et ses collègues trouvèrent qu’une bonne poignée de main faisait la différence au moment du recrutement. Et l’importance de la poignée de main était encore plus grande pour les femmes…

7 – Soyez sur la défensive si la situation l’exige

Même si on vous a souvent recommandé d’éviter cette attitude, des expériences ont démontré que parfois elle pouvait être payante. Lorsque des problèmes émergeaient durant l’entretien de recrutement, les candidats qui présentaient des excuses, exprimaient des remords et la volonté de ne plus se conduire pareillement dans pareille situation étaient mieux notés que ceux qui évitaient cette attitude défensive.

8 – Soyez honnête à propos de vos faiblesses

Jones and Gordon (1972) ont expérimenté l’effet de révélations au début ou à la fin de l’entretien. Ils ont constaté que ceux qui étaient francs à propos de leurs faiblesses étaient mieux appréciés des recruteurs lorsqu’ils faisaient leurs révélations à la fin de l’entretien. Apparemment, les recruteurs ont trouvé leur franchise rafraichissante.

Le contraire s’applique lorsqu’il s’agit d’exposer vos forces. Si vous en parlez au début de l’entretien, vous vous donnerez l’air prétentieux. Mentionnées à la fin de l’entretien, comme si on vous les avait arrachées, est une bien meilleure stratégie, et vous bénéficierez de l’effet de mémoire : l’ensemble de l’entretien sera auréolé de l’impression positive laissée par la révélation finale de votre talent.

9 – Attention aux mots destinés à remplir les blancs

Proscrivez les mots du type « genre », « heu »,  « vous savez »… c’est-à-dire les mots qui n’apportent pas de valeur à votre entretien. Lors d’une recherche en 2008, Russell et ses collègues ont démontré qu’ils ruinaient l’impression de professionnalisme de qui les employait.

10 – Soyez unique

Evitez de répondre de façon trop conventionnelle. Roulin et son équipe ont prouvé dans une étude de 2011 que les candidats qui répondaient comme s’ils racontaient un roman étaient mieux notés que ceux qui ânonnaient des réponses-types qu’ils avaient préparées. Sans doute, les réponses créatives marquent plus les recruteurs.

Express.be

 

Nigeria’s healthy banks are hiring, while the rescued ones are downsizing

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo, Recherche d'empoi

Nigeria’s banking sector is a tale of two very different worlds. The rescued institutions, massively undercapitalised, live under the shadow of a September deadline to complete the M&A process imposed by the reform-minded Central Bank and the very real threat of nationalisation or liquidation.

“The regulators are moving closer to full resolution of Nigeria’s banking-sector crisis and there is a new urgency to get things done,” says Razia Khan, head of Africa Research at Standard Chartered. “But in the rescued banks the jobs outlook is grim and unlikely to improve anytime soon.”

The healthy banks, on the other hand, have returned to profitability after the financial crisis-related losses and “they are now hiring again,” says Khan. “There is a lot of movement, they are very focused and their outlook is healthy. Longer-term things look wonderful. It is interesting to see that people from abroad are now willing to move to work for the Nigerian banks.”

One example of a bank focused on growth is First Bank of Nigeria, which has just announced a 144% rise in profits before tax in the last financial year. FBN Capital, the investment banking, asset management and securities trading arm of First Bank of Nigeria, is now recruiting and strengthening its position with a view to becoming the leader in the sector, and has just succeeded in poaching some experienced talent from rival institutions.

The new head of equity research is Bunmi Asaolu, who studied in London and has now left a similar role at CSL Stockbrokers. Gregory Kronsten, who went to Oxford University and was director of Africa research at Trusted Resources Ltd, will oversee macroeconomic and fixed income research. The new head of Institutional Sales is Wale Adebayo, who is an alumnus of Columbia Business School and until now worked for Standard Chartered Global Markets as head of the financial institutions sales and derivatives business for Nigeria.

“The new members to the team will bring a wealth of experience in extensive banking, risk management, operations, asset management, forecasting, technology and equity research, adding depth to our product and service offerings,” says Osaze Osifo, Ceo of Lagos-based FNB Capital. “Their appointments come at a time when our goal is to have the best quality team in the region and to provide best-in-class investment banking and asset management services to our clients.”

Nicol Degli Innocenti

Quelques certifications et diplômes susceptibles de booster votre employabilité

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Miwablo, Recherche d'empoi

Si vous n’arrivez pas à trouver d’emploi dans l’industrie financière ou bien que vous êtes désireux de changer de poste, vous pourriez avoir besoin d’enrichir votre CV afin d’améliorer vos chances de décrocher un travail.

Si les certifications les plus connues restent le MBA et le CFA, il existe d’innombrables autres formations toutes aussi pertinentes aux yeux des recruteurs, même si elles ne jouissent pas de la même notoriété. N’hésitez pas à donner votre avis et à en mentionner encore d’autres dans la rubrique commentaires en bas de l’article.

 

1) Le MBA

Prérequis : Un MBA n’augmentera réellement votre employabilité en banque d’investissement que si vous l’avez passé dans une école prestigieuse et que vous avez moins de 32 ans. Le mieux serait que votre MBA fasse partie des 10 premiers du classement 2011 duFinancial Times.

Bon pour… ceux qui veulent travailler dans les M&A ou sur les marchés de capitaux ou bien rejoindre une banque d’investissement à un niveau relativement junior, comme associé par exemple.

Mauvais pour… ceux qui veulent absolument faire carrière dans la vente ou le trading : un MBA ne remplacera jamais une expérience en front-office.

 

2) Le CFA

Prérequis : Dès lors que vous travaillez sur les marchés financiers la certification vous sera utile si vous souhaitez une formation exigeante reconnue par l’industrie financière dans le monde entier.

Bon pour… ceux qui veulent donner une nouvelle dimension à leur carrière, qu’ils soient dans la recherche actions ou la gestion de portefeuille, ou dans la gestion d’actifs et la banque d’investissement. La condition : qu’ils soient prêts à étudier même le week-end, car préparer la certification CFA demande beaucoup de travail : 350 heures minimum sur 3 ans et beaucoup admettent y passer (beaucoup !) plus de temps.

Mauvais pour… ceux n’ayant aucune expérience dans la finance et qui pensent naïvement que passer le premier niveau du CFA leur permettra de se démarquer des centaines de milliers d’autres candidats qui chaque année passent l’examen.

 

3) Le CIIA

Prérequis : Tout comme son concurrent américain le CFA, mieux vaut mieux déjà être en poste dans l’industrie financière pour passer le Certified International Investment Analyst.

Bon pour… ceux qui envisagent une carrière à l’international. « Les jeunes professionnels qui rejoignent notre centre de formation pour passer ce diplôme veulent avoir un sésame international qui leur permette d’être reconnus sur d’autres places financières », indique Maïté Legrand-Boucard, directrice du Centre de formation de la SFAF.

Mauvais pour… ceux qui n’ont justement pas l’intention de faire une carrière à l’international.

 

4) L’ACA

Prérequis : L’ACA pourra renforcer votre employabilité en banque d’investissement que si vous avez moins de 26 ans au moment où vous le passez. « Je ne me souviens pas avoir vu passer le CV d’un candidat en banque ayant passé son ACA après 25 ou 26 ans », reconnaît un recruteur.

Bon pour… tous ceux qui cherchent à s’expatrier. L’ACA vous aidera si vous recherchez un emploi dans la recherche actions, la finance d’entreprise, ou l’analyse crédit.

Mauvais pour… ceux qui recherchent un emploi dans la vente ou le trading.

 

5) Le certificat PRM – Professional Risk Manager

Prérequis : L’avantage de ce certificat pour les jeunes professionnels ou les étudiants est qu’il ne nécessite aucune année d’expérience pour être détenu une fois les 4 examens obtenus (contrairement par exemple au CFA pour lequel il faut 4 ans d’expérience en plus des trois examens).

Bon pour… ceux qui, en BFI, travaillent déjà dans les risques de marché ou envisagent d’y faire carrière. « Cette certification de la PRM International Association (PRMIA) constitue la référence internationale en matière de reconnaissance de l’expertise et des compétences des professionnels dans la gestion des risques ».

Mauvais pour… ceux qui ont déjà un long passé de risk managers : dans un domaine en particulier, rien ne remplace l’expérience…

 

6) Le CAIA

Prérequis : Délivré par l’association CAIA, le Chartered Alternative Investment Analyst s’adresse à des candidats issus de différents horizons de la finance (gestionnaires, analystes, consultants, risk managers, juristes…) ayant une expérience professionnelle variable, mais ont tous en commun la volonté de se perfectionner dans ce secteur. Pour information, le site du CAIA France a récemmentouvert un bureau à Paris.

Bon pour… les candidats juniors désireux de donner un coup de pouce à leur carrière ainsi que les gérants alternatifs chevronnés qui veulent acquérir de nouvelles techniques et explorer d’autres classes d’actifs.

Mauvais pour… ceux qui ont les cheveux qui se dressent sur la tête à la simple prononciation du mot « hedge funds ».

 

7) Executive Master Finance d’entreprise & marchés de capitaux, Sciences Po Paris

 

Prérequis : Cet Executive Master s’adresse à des professionnels qui ont au moins 5 années d’expérience dans la finance ou 15 années d’expérience dans un autre domaine.

Bon pour… ceux qui veulent notamment s’orienter vers les directions financières des grands groupes en France ou à l’international.

Mauvais pour… ceux qui n’arrivent pas convaincre leur entreprise de prendre tout ou partie du financement de la formation : comme beaucoup de formations « executive », le coût est plutôt élevé (18 200 € pour 40 jours s’étalant sur 18 mois).

 

eFinancialCareers.fr

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31