Articles marqués avec ‘Etudiant’

Le web 2.0 : le Bénin et ses incroyables talents.

Ecrit par wediko sur . Publié dans Innovation

 

Depuis quelques années, internet est passé d’un mode passif de diffusion de l’informations (WEB 1.0), à un mode actif où l’utilisateur peut non seulement accéder à l’information mais aussi la créer, la juger, la partager : c’est le WEB 2.0.

Phénomène réel reposant sur un changement technologique et une rupture d’échelle liée la croissance du nombre d’utilisateurs ou récupération marketing de technologies anciennes rafraichies par un nouvel engouement public. Avec l’avènement du Web 2.0,  les réseaux sociaux ont fait leur apparition. Comme dans de nombreux pays, cette révolution a donné lieu aussi au Bénin à la création de sites nouveaux, entièrement ou en partie façonnés par les utilisateurs et des talents béninois.  Le web 2.0 préfigure-t-il seulement une bulle 2.0 au Bénin ? Qu’importe la réponse…tant pis même. Car c’est bel et bien acté : le Bénin fait sa révolution internet. 

2009, c’est l’année de tous les défis web. Pas un projet béninois, pas un évènement local, pas une société ne manque de faire allégeance au nouveau vodou de la communication. Le génie béninois a saisi l’importance de l’internet et les compétences béninoises ont fait du web le meilleur moyen d’exposition de leur talent qui sommeille prêt à s’enflammer à la moindre étincelle économique. Ces jeunes talents rivalisent d’ingéniosité, parfois reprennent des concepts existants outre atlantique. Mais qu’importe, ils sont là et avec peu de moyens, rompus au travail, ils défient les mastodontes du terrain, les sites institutionnels incapables de suivre la cadence soutenue. À l’exception du portail gouvernemental, ou du site du MCA Benin, ces nouveaux challengeurs tiennent effectivement la dragée haute à tous les autres portails web.

Dans ce bel élan intellectuel et technologique, Miwablo propose de faire un tour de table des 9 sites web les plus en vue réalisés ou animés par des talents béninois.

Jolome Benin

En un mot, appelé le « Yahoo ou Google béninois ». C’est l’œuvre d’un talent béninois. Il a pris la place. Sans encombre, acharné au travail, Jolome démontre qu’au Bénin, on peut faire beaucoup avec peu si tant est que la compétence existe au point de faire de l’ombre au véritable google Bénin (www.Google.bj).

Hubelite

Le Viadeo ou LinkedIn local. « Pour avancer dans la vie, ce qui compte ce n’est pas ce QUE vous connaissez, mais QUI vous connaissez » . Tel est le slogan du réseau Hubelite.  Ce réseau social professionnel favorise la mise en relation entre ses membres cadres, porteurs de projet, créateurs, challengers et entrepreneurs. Voici des talents béninois ambitieux. Pourquoi s’inscrire sur LinkedIn si Hubelite existe ? Faites votre choix.

SocialbeninAtinsa

Facebook est devenu trop vaste ? Trop compliqué ? Pas assez adapté au contexte local ? SocialBenin et Atinsa proposent une alternative efficace et adaptée au besoin des béninois. Voici des réseaux sociaux inventés par des béninois pour des béninois. Le travail est remarquable.

La nouvelle tribune –  Fraternité  – benininfo

Ils sont nombreux ces quotidiens d’information et d’analyse qui  présentent de manière claire et simple l’actualité béninoise. Ces quotidiens produisent ce qu’on appellera l’essence de web 2.0 : l’information. Les contenus numériques produits sont généralement partagés, commentés, aimés etc. sur les réseaux sociaux traditionnels. Un repère pour les béninois de l’extérieur.

Cap’jeune

Ne vous fiez pas à la simplicité de sa dénomination. Cap’jeune est l’une des associations les plus en vue depuis un an. Pour l’efficacité de leur message, rien de plus évident qu’un site web à l’image de l’association dynamique, simple inspiré par un layout moderne et des couleurs chaudes.

La fondation Zinsou

Encore une oeuvre béninoise qui a saisi l’importance du web 2.0. Peu de chose à dire sur le site de la fondation. Il vaut le détour car le travail est bluffant.

En espérant que d’autres suivront le rythme de la musique 2.0 béninois. Exprimez votre génie béninois et posez votre empreinte sur l’avenir. Un défi sera de proposer le premier réseau béninois entièrement en langues traditionnelles. Avis aux développeurs. À Bon entendeur…

Miwablo

Relance : les méthodes appréciées des recruteurs en Afrique.

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Miwablo, Recherche d'empoi

Une fois l’entretien passé, reprendre contact avec le recruteur n’est pas toujours un exercice aisé surtout en Afrique où les RH sont difficilement accessibles. 

Pourtant, rappeler son interlocuteur, c’est déjà une manière de se démarquer des vos concurrents.

Comment procéder ? Quelles erreurs ne pas commettre ?

Focus sur une démarche qui doit finement s’amorcer dès l’entretien.

L’art de la relance, auquel très peu de candidats ont aujourd’hui recours, est pourtant très apprécié des employeurs.
Une fois l’entretien passé, elle constitue, pour eux, une preuve supplémentaire de la motivation et de l’intérêt du professionnel qu’ils viennent de rencontrer. Elle permet aussi de réaffirmer l’adéquation du profil du candidat avec le poste, et d’apporter des informations complémentaires, non mentionnées durant le face-à-face.

 

Poser des jalons dès l’entretien

L’entretien s’achevant, il faut poser les bonnes questions :

  • Quelle sera la suite du processus de recrutement ?
  • D’autres entretiens auront-ils lieu ?
  • Quel est le délai de réponse prévu ?
  • Le recruteur est-il disposé à ce que le candidat le contacte par téléphone ?
  • Préfère-t-il l’email ?

Enfin, n’oubliez surtout pas de demander sa carte à la fin de l’entretien. Vous avez une chance sur deux que son numéro de téléphone portable y figure. Cela vous évitera lors de votre relance par téléphone de tomber sur une assistante qui fait barrage (Ne lui en voulez pas !!! C’est son métier de soulager la charge de travail de son manager donc d’éliminer tout élément perturbateur. A défaut d’être une personnalité importante ou influente, pour l’assistante, vous êtes aussi un élément perturbateur).

Si vous pensez qu’il est osé de demander sa carte, l’astuce est d’avoir votre propre carte de visite à remettre de préférence au début de l’entretien. Il est d’usage que la remise d’une carte à un professionnel invite votre interlocuteur à faire de même. Toutefois, si votre interlocuteur ne vous propose pas instinctivement sa carte. C’est le prétexte pour le lui réclamer. N’hésitez pas. L’échange de carte est normal en milieu professionnel.

Vous n’aviez pas eu le temps de le faire en début d’entretien ? Pas de panique. Vous pourriez vous rattraper à la fin.

Pour planifier et élaborer une relance efficace, il est alors préférable de quitter son interlocuteur avec ces informations en poche (email, numéro de téléphone). Il sera donc plus aisé de le recontacter si la démarche a été convenue avec lui.

 

Un appel réfléchi

Si le délai de réponse a été fixé à dix jours, inutile de déranger le recruteur avant cette échéance. Vous risquer fortement de l’irriter et de passer pour un candidat au chômage impatient de se caser rapidement quelque soit l’entreprise. En Afrique, les secondes chances sont rares. Il est donc essentiel de préparer votre appel.

Par contre, une fois ce délai passé, il sera possible de se rappeler à son bon souvenir. L’enjeu sera alors de lui rafraîchir la mémoire et d’arriver à savoir si vous avez été retenu sur sa short-list. Soyez bref, précis et professionnel.

« Nous nous sommes rencontrés il y a dix jours, peut-être avez-vous de nouvelles questions à me poser ? » ou bien « Vous avez rencontré d’autres candidats depuis notre rendez-vous, avec le recul, je voulais savoir ce que vous pensez de mon profil », peuvent être de bonnes entrées en matière.

Attention à toujours rester courtois, que cela soit avec une assistante qui fait barrage ou avec un recruteur évasif dans ses réponses.

Le harceler ou exprimer son mécontentement ne l’aidera pas à prendre une décision favorable.

Et si justement la réponse est négative ? Plutôt que de montrer de la déception, il sera alors intéressant d’avoir le feed-back du recruteur. Son retour permettra de mieux se préparer à de futurs entretiens. S’il se refuse de vous proposer un feedback, n’insistez pas. Le monde de l’emploi est petit en Afrique et tous les recruteurs se connaissent. Vous avez donc tout intérêt à laisser une bonne image.

 

Le mail de remerciement

La suite du recrutement n’a pas été évoquée à l’issue de l’entretien ou bien le recruteur a expressément signifié qu’il ne souhaitait pas être contacté par téléphone, il sera alors possible d’avoir recours au mail de remerciement. Impérativement envoyé dans les deux à trois jours après le rendez-vous, ce message d’une quinzaine de lignes maximum est d’ailleurs devenu même en Afrique un passage obligé pour certaines fonctions, notamment pour les cadres.
Il permet de mettre en évidence les points clés de l’entretien et de rappeler la pertinence de la candidature.

C’est le moment idéal également pour apporter un autre éclairage à son profil, en mentionnant une réalisation ou une expérience complémentaire.

Généralement, les employeurs corrects répondent toujours à un mail de remerciement. N’insistez pas non plus si vous n’avez aucun retour.

Dans tous les cas, un recruteur qui ne vient pas rapidement vers vous ou ne répond à aucune de vos sollicitations ou relances c’est souvent pour deux raisons : soit parce qu’il a trouvé chaussure à son pied, soit parce qu’il estime que votre compétence n’est pas en adéquation avec ses besoins. Aussi, il est donc inutile de vous énerver.

Si vous êtes vraiment mécontent, créer votre propre boîte. Les opportunités ne manquent pas en Afrique. Vous auriez alors l’occasion de changer l’image et le comportement des employeurs.

Bonne chance.

Miwablo.

Top 100 des meilleures Universités d’Afrique

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

 

 

 

Bienvenue dans le carré VIP des 100 meilleures universités d’Afrique. Rien de nouveau sous le soleil. Comme à la parade, les universités sud-africaines sont en tête de liste talonnées de près par les établissements égyptiens.  Tout comme en 2010, plusieurs établissements d’Afrique Australe confirment leur position : Makerere University 11ème place, University of Nairobi (14ème place), University of Botswana (19ème place), Universidade Eduardo Mondlane du Monzambique (27ème place).

Le Ghana sauve l’honneur de la zone  CEDEAO  avec l’ University of Ghana qui pointe à la 19ème place suivie du Sénégal et du Nigéria respectivement à la 28ème place (Université Cheikh Anta Diop) et 32ème place (University of Ibadan).

100 établissements qui, toutes, délivrent au minimum un bac + 5 tamponné « grade master ».

Le classement 2011 apporte pourtant son lot de surprises et de certitudes. Plusieurs pays sont absents du classement notamment le Cameroun, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Bénin.

Avec l’espoir que le Bénin fasse mieux l’année prochaine.

1  University of Cape Town
South Africa
2  Cairo University
Egypt
3  University of Pretoria
South Africa
4  Universiteit Stellenbosch
South Africa
5  University of the Witwatersrand
South Africa
6  University of KwaZulu-Natal
South Africa
7  University of South Africa
South Africa
8  The American University in Cairo
Egypt
9  Mansoura University
Egypt
10  University of the Western Cape
South Africa
11  Makerere University
Uganda
12  Rhodes University
South Africa
13  University of Johannesburg
South Africa
14  University of Nairobi
Kenya
15  University of Dar es Salaam
Tanzania
16  Cape Peninsula University of Technology
South Africa
17  Nelson Mandela Metropolitan University
South Africa
18  University of Botswana
Botswana
19  University of Ghana
Ghana
20  Helwan University
Egypt
21  Ain Shams University
Egypt
22  Université Cadi Ayyad
Morocco
23  University of Khartoum
Sudan
24  Tshwane University of Technology
South Africa
25  Al Akhawayn University
Morocco
26  Addis Ababa University
Ethiopia
27  Universidade Eduardo Mondlane
Mozambique
28  Université Cheikh Anta Diop
Senegal
29  Mogadishu University
Somalia
30  University of Namibia
Namibia
31  University of Zimbabwe
Zimbabwe
32  University of Ibadan
Nigeria
33  Polytechnic of Namibia
Namibia
34  University of Ilorin
Nigeria
35  Zagazig University
Egypt
36  Assiut University
Egypt
37  North-West University
South Africa
38  Université Mentouri de Constantine
Algeria
39  Presbyterian University College
Ghana
40  University of Benin
Nigeria
41  Universiteit van die Vrystaat
South Africa
42  Kenyatta University
Kenya
43  Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène
Algeria
44  Obafemi Awolowo University
Nigeria
45  Université de la Reunion
Reunion
46  Sudan University for Science and Technology
Sudan
47  Strathmore University
Kenya
48  The Hubert Kairuki Memorial University
Tanzania
49  Kwame Nkrumah University of Science and Technology
Ghana
50  United States International University
Kenya
51  Université Abdelmalek Essadi
Morocco
52  Tanta University
Egypt
53  The German University in Cairo
Egypt
54  Université de Batna
Algeria
55  Université d’Alger
Algeria
56  South Valley University
Egypt
57  Menoufia University
Egypt
58  Al Azhar University
Egypt
59  Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen
Algeria
60  University of Mauritius
Mauritius
61  Central University of Technology
South Africa
62  Ahmadu Bello University
Nigeria
63  Université Hassan II – Aïn Chock
Morocco
64  Université Hassan II – Mohammedia
Morocco
65  Université Mohammed V – Souissi
Morocco
66  Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology
Kenya
67  Durban University of Technology
South Africa
68  Université Ibn Tofail
Morocco
69  University of Zambia
Zambia
70  University of Jos
Nigeria
71  Université Abdelhamid Ibn Badis Mostaganem
Algeria
72  Université M’hamed Bouguerra de Boumerdes
Algeria
73  Nile University
Egypt
74  University of Education, Winneba
Ghana
75  International University of Africa
Sudan
76  University of Fort Hare
South Africa
77  Université Mohammed V – Agdal
Morocco
78  University of Limpopo
South Africa
79  Uganda Christian University
Uganda
80  Vaal University of Technology
South Africa
81  Université Hassan Ier
Morocco
82  Université Saad Dahlab Blida
Algeria
83  Walter Sisulu University
South Africa
84  Moi University
Kenya
85  Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fés
Morocco
86  MISR University for Sience and Technology
Egypt
87  Université d’Antananarivo
Madagascar
88  October 6 University
Egypt
89  École Nationale Polytechnique
Algeria
90  Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf d’Oran
Algeria
91  Egerton University
Kenya
92  Université Mouloud Maameri de Tizi Ouzou
Algeria
93  Université Djillali Liabes
Algeria
94  University of Cape Coast
Ghana
95  Université d’Oran
Algeria
96  University of Garyounis
Libya
97  National University of Rwanda
Rwanda
98  Université de Ouagadougou
Burkina Faso
99  University of Zululand
South Africa
100  Kigali Institute of Science and Technology
Rwanda

Miwablo

Source : 4 International Colleges & Universities 

novembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930