Articles marqués avec ‘Premier emploi’

La fidélité à l’entreprise : est-ce encore d’actualité en 2017 ?

Ecrit par makploga sur . Publié dans Entreprise, Opinon, Performance, Recherche d'empoi

De nombreux salariés ne sont pas complétement satisfaits de l’entreprise dans laquelle ils travaillent et cela, pour de nombreuses raisons. Entre la recherche d’une meilleure rémunération ou des conditions de travail de qualité, la réponse est sans appel. Néanmoins, quelles sont les véritables raisons ? Explications !

Le web 2.0 : le Bénin et ses incroyables talents.

Ecrit par wediko sur . Publié dans Innovation

 

Depuis quelques années, internet est passé d’un mode passif de diffusion de l’informations (WEB 1.0), à un mode actif où l’utilisateur peut non seulement accéder à l’information mais aussi la créer, la juger, la partager : c’est le WEB 2.0.

Phénomène réel reposant sur un changement technologique et une rupture d’échelle liée la croissance du nombre d’utilisateurs ou récupération marketing de technologies anciennes rafraichies par un nouvel engouement public. Avec l’avènement du Web 2.0,  les réseaux sociaux ont fait leur apparition. Comme dans de nombreux pays, cette révolution a donné lieu aussi au Bénin à la création de sites nouveaux, entièrement ou en partie façonnés par les utilisateurs et des talents béninois.  Le web 2.0 préfigure-t-il seulement une bulle 2.0 au Bénin ? Qu’importe la réponse…tant pis même. Car c’est bel et bien acté : le Bénin fait sa révolution internet. 

2009, c’est l’année de tous les défis web. Pas un projet béninois, pas un évènement local, pas une société ne manque de faire allégeance au nouveau vodou de la communication. Le génie béninois a saisi l’importance de l’internet et les compétences béninoises ont fait du web le meilleur moyen d’exposition de leur talent qui sommeille prêt à s’enflammer à la moindre étincelle économique. Ces jeunes talents rivalisent d’ingéniosité, parfois reprennent des concepts existants outre atlantique. Mais qu’importe, ils sont là et avec peu de moyens, rompus au travail, ils défient les mastodontes du terrain, les sites institutionnels incapables de suivre la cadence soutenue. À l’exception du portail gouvernemental, ou du site du MCA Benin, ces nouveaux challengeurs tiennent effectivement la dragée haute à tous les autres portails web.

Dans ce bel élan intellectuel et technologique, Miwablo propose de faire un tour de table des 9 sites web les plus en vue réalisés ou animés par des talents béninois.

Jolome Benin

En un mot, appelé le « Yahoo ou Google béninois ». C’est l’œuvre d’un talent béninois. Il a pris la place. Sans encombre, acharné au travail, Jolome démontre qu’au Bénin, on peut faire beaucoup avec peu si tant est que la compétence existe au point de faire de l’ombre au véritable google Bénin (www.Google.bj).

Hubelite

Le Viadeo ou LinkedIn local. « Pour avancer dans la vie, ce qui compte ce n’est pas ce QUE vous connaissez, mais QUI vous connaissez » . Tel est le slogan du réseau Hubelite.  Ce réseau social professionnel favorise la mise en relation entre ses membres cadres, porteurs de projet, créateurs, challengers et entrepreneurs. Voici des talents béninois ambitieux. Pourquoi s’inscrire sur LinkedIn si Hubelite existe ? Faites votre choix.

SocialbeninAtinsa

Facebook est devenu trop vaste ? Trop compliqué ? Pas assez adapté au contexte local ? SocialBenin et Atinsa proposent une alternative efficace et adaptée au besoin des béninois. Voici des réseaux sociaux inventés par des béninois pour des béninois. Le travail est remarquable.

La nouvelle tribune –  Fraternité  – benininfo

Ils sont nombreux ces quotidiens d’information et d’analyse qui  présentent de manière claire et simple l’actualité béninoise. Ces quotidiens produisent ce qu’on appellera l’essence de web 2.0 : l’information. Les contenus numériques produits sont généralement partagés, commentés, aimés etc. sur les réseaux sociaux traditionnels. Un repère pour les béninois de l’extérieur.

Cap’jeune

Ne vous fiez pas à la simplicité de sa dénomination. Cap’jeune est l’une des associations les plus en vue depuis un an. Pour l’efficacité de leur message, rien de plus évident qu’un site web à l’image de l’association dynamique, simple inspiré par un layout moderne et des couleurs chaudes.

La fondation Zinsou

Encore une oeuvre béninoise qui a saisi l’importance du web 2.0. Peu de chose à dire sur le site de la fondation. Il vaut le détour car le travail est bluffant.

En espérant que d’autres suivront le rythme de la musique 2.0 béninois. Exprimez votre génie béninois et posez votre empreinte sur l’avenir. Un défi sera de proposer le premier réseau béninois entièrement en langues traditionnelles. Avis aux développeurs. À Bon entendeur…

Miwablo

CV : on arrête les bêtises !!!

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

À force d’entendre dire que le CV se doit d’être original pour séduire, certains se lâchent. Et envoient un CV de 24 pages, une photo de leur chat, joignent une lettre de leur maman ou le dossier médical de toute la famille, utilisent du papier bleu avec des petits oursons, précisent que vendredi, samedi et dimanche, ils ne travaillent pas pour cause de « drinking time ». Voici quelques perles du bêtisier fourni par le site spécialisé dans le recrutement en ligne CarreerBuilder.

Les 757 recruteurs interviewés en Europe ont relevé une pleine hotte de sottises : un CV écrit en vers, un autre où seuls figurent le nom, le numéro de téléphone du candidat et la phrase « je veux du travail », un troisième disant avoir été « client mystère » mais sans révéler le nom de son employeur « parce que c’est un secret » ou encore le dressage de lions mentionné comme hobby.

Aux États-Unis, où la maison mère de CarreerBuilder a posé la même question, les employeurs ont encadré le CV d’un candidat citant Dieu comme référence à contacter, mais sans numéro de téléphone, un autre affirmant être un descendant des Vikings, ou enfin celui ayant mentionné « maître du temps et de l’univers » comme expérience professionnelle.

Ce n’est pas parce que les recruteurs passent en moyenne entre 45 secondes et 1 minute à lire un CV qu’il faut partir dans des délires pour attirer son attention. « Les critères sont extrêmement précis pour chaque poste et chaque entreprise. On cherche à savoir si la maîtrise de tel logiciel est assurée, quelles motivations président au choix des stages, etc. C’est pourquoi la créativité dans la forme est toujours un risque car elle demande au recruteur un effort supplémentaire qu’il juge insupportable », livre Florence Lebret, chargée de projet RH chez Catalina.

Elle a récemment reçu un CV à l’italienne (format horizontal) « complètement idiot puisqu’on se tord le cou pour le lire sur écran ! », mais aussi des fioritures, une typo aux couleurs criardes ou changeante au gré des rubriques, mélangeant gras et italique à foison. « Les candidats ne se rendent pas compte qu’on décrypte beaucoup d’éléments sur leurs goûts et leur personnalité dans leur CV. Leur degré de sincérité et d’authenticité aussi. Même leur organisation mentale transparaît selon la façon dont ils hiérarchisent leurs compétences, leurs expériences et leurs qualités. »

Faute majeure à éviter : le mensonge. En France, 1 employeur sur 10 dit avoir découvert un mensonge sur un CV durant l’année passée. L’erreur la plus fréquente ? L’absence totale de personnalisation pour le poste. « Les employeurs reconnaissent le spam à des kilomètres, donc vous devez absolument adapter votre CV à chaque poste et rendre vos compétences pertinentes pour chaque employeur », explique Frédéric Woldanski, directeur général de CarreerBuilder en France. Mentionner les réussites spécifiques aide aussi l’employeur à avoir une meilleure idée de ce que vous pouvez apporter à l’entreprise. C’est donc quasiment un CV différent – pas trop long – qu’il faut envoyer à chaque candidature, en évitant toute faute d’orthographe… rédhibitoire, sans oublier de l’accompagner d’une lettre de motivation.

« Tout CV est malheureusement suspect. On cherche à décrypter pourquoi ci pourquoi ça. Tout a du sens. On comprend pourquoi c’est si dur de trouver un travail », reconnaît Florence Lebret. Évidemment, rares sont les personnes qui recherchent un poste et qui, délibérément, se mettent elles-mêmes des bâtons dans les roues. Mais comme il n’est pas impossible que vous vous dévalorisiez sans même vous en rendre compte, restez vigilant. L’idéal ? Sobre dans le décor, lisible et cohérent sur le fond. Car, ne l’oubliez pas, l’entreprise cherche d’abord chaussure à son pied…

Par Sophie Péters, éditorialiste à La Tribune

avril 2018
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30