Articles marqués avec ‘Stratégie’

La fidélité à l’entreprise : est-ce encore d’actualité en 2017 ?

Ecrit par makploga sur . Publié dans Entreprise, Opinon, Performance, Recherche d'empoi

De nombreux salariés ne sont pas complétement satisfaits de l’entreprise dans laquelle ils travaillent et cela, pour de nombreuses raisons. Entre la recherche d’une meilleure rémunération ou des conditions de travail de qualité, la réponse est sans appel. Néanmoins, quelles sont les véritables raisons ? Explications !

Le web 2.0 : le Bénin et ses incroyables talents.

Ecrit par wediko sur . Publié dans Innovation

 

Depuis quelques années, internet est passé d’un mode passif de diffusion de l’informations (WEB 1.0), à un mode actif où l’utilisateur peut non seulement accéder à l’information mais aussi la créer, la juger, la partager : c’est le WEB 2.0.

Phénomène réel reposant sur un changement technologique et une rupture d’échelle liée la croissance du nombre d’utilisateurs ou récupération marketing de technologies anciennes rafraichies par un nouvel engouement public. Avec l’avènement du Web 2.0,  les réseaux sociaux ont fait leur apparition. Comme dans de nombreux pays, cette révolution a donné lieu aussi au Bénin à la création de sites nouveaux, entièrement ou en partie façonnés par les utilisateurs et des talents béninois.  Le web 2.0 préfigure-t-il seulement une bulle 2.0 au Bénin ? Qu’importe la réponse…tant pis même. Car c’est bel et bien acté : le Bénin fait sa révolution internet. 

2009, c’est l’année de tous les défis web. Pas un projet béninois, pas un évènement local, pas une société ne manque de faire allégeance au nouveau vodou de la communication. Le génie béninois a saisi l’importance de l’internet et les compétences béninoises ont fait du web le meilleur moyen d’exposition de leur talent qui sommeille prêt à s’enflammer à la moindre étincelle économique. Ces jeunes talents rivalisent d’ingéniosité, parfois reprennent des concepts existants outre atlantique. Mais qu’importe, ils sont là et avec peu de moyens, rompus au travail, ils défient les mastodontes du terrain, les sites institutionnels incapables de suivre la cadence soutenue. À l’exception du portail gouvernemental, ou du site du MCA Benin, ces nouveaux challengeurs tiennent effectivement la dragée haute à tous les autres portails web.

Dans ce bel élan intellectuel et technologique, Miwablo propose de faire un tour de table des 9 sites web les plus en vue réalisés ou animés par des talents béninois.

Jolome Benin

En un mot, appelé le « Yahoo ou Google béninois ». C’est l’œuvre d’un talent béninois. Il a pris la place. Sans encombre, acharné au travail, Jolome démontre qu’au Bénin, on peut faire beaucoup avec peu si tant est que la compétence existe au point de faire de l’ombre au véritable google Bénin (www.Google.bj).

Hubelite

Le Viadeo ou LinkedIn local. « Pour avancer dans la vie, ce qui compte ce n’est pas ce QUE vous connaissez, mais QUI vous connaissez » . Tel est le slogan du réseau Hubelite.  Ce réseau social professionnel favorise la mise en relation entre ses membres cadres, porteurs de projet, créateurs, challengers et entrepreneurs. Voici des talents béninois ambitieux. Pourquoi s’inscrire sur LinkedIn si Hubelite existe ? Faites votre choix.

SocialbeninAtinsa

Facebook est devenu trop vaste ? Trop compliqué ? Pas assez adapté au contexte local ? SocialBenin et Atinsa proposent une alternative efficace et adaptée au besoin des béninois. Voici des réseaux sociaux inventés par des béninois pour des béninois. Le travail est remarquable.

La nouvelle tribune –  Fraternité  – benininfo

Ils sont nombreux ces quotidiens d’information et d’analyse qui  présentent de manière claire et simple l’actualité béninoise. Ces quotidiens produisent ce qu’on appellera l’essence de web 2.0 : l’information. Les contenus numériques produits sont généralement partagés, commentés, aimés etc. sur les réseaux sociaux traditionnels. Un repère pour les béninois de l’extérieur.

Cap’jeune

Ne vous fiez pas à la simplicité de sa dénomination. Cap’jeune est l’une des associations les plus en vue depuis un an. Pour l’efficacité de leur message, rien de plus évident qu’un site web à l’image de l’association dynamique, simple inspiré par un layout moderne et des couleurs chaudes.

La fondation Zinsou

Encore une oeuvre béninoise qui a saisi l’importance du web 2.0. Peu de chose à dire sur le site de la fondation. Il vaut le détour car le travail est bluffant.

En espérant que d’autres suivront le rythme de la musique 2.0 béninois. Exprimez votre génie béninois et posez votre empreinte sur l’avenir. Un défi sera de proposer le premier réseau béninois entièrement en langues traditionnelles. Avis aux développeurs. À Bon entendeur…

Miwablo

Assessing the Value of the CFA Charter

Ecrit par wediko sur . Publié dans Entreprise, Innovation, Miwablo

Is the Chartered Financial Analyst program a victim of its own success, awarding so many charters that its market value is diluted? In a word, no.

Several eFC readers responded to our past stories about the CFA designation by asserting the charter is no longer viewed as a mark of distinction by finance industry professionals. So, we put the question directly to a number of financial-career professionals. None voiced any reservations about the respect or value a CFA charter confers on a job-seeker.

« Getting through all three levels of the CFA is a great achievement…. I don’t hear from any of the business people I work with that it’s lost any of its luster, » said Barbara Smith, head of campus recruiting in North America for JPMorgan Chase.

« It’s looked upon as a badge of honor, » added Glenn Buggy, a partner in the asset management and wealth management practice at CTPartners, the worldwide executive search firm formerly known as Christian & Timbers.

Indeed, in conversations with dozens of retainer and contingency recruiters, Wall Street hiring managers, career counselors, and career management authors, we have yet to hear even one say the program’s luster has faded.

Most Don’t Earn the Charter

To be sure, the CFA is more useful in some financial fields than others. A spot check of 30 recent eFC job postings containing the phrase « portfolio manager » found 13 that mentioned a CFA charter or program participation as preferred or required. However, a similar check using the phrase « investment banker » found just three out of 30 referenced the CFA program.

The number of CFA holders – and the number of people progressing through the three-stage program – has rocketed in the past decade and a half. There are now 78,000 CFA charter holders. In 1990, the number was just 10,000. Some 140,000 candidates registered to take one of the three CFA exams during the year ended June 30, 2007, a 20 percent increase from the previous year.

Only 19 percent of candidates who enter the program end up getting the charter, says Robert R. Johnson, managing director of the CFA Institute’s education division.

The charter’s value doesn’t come through scarcity, says Johnson. Rather, it stems from recognition that those who attain the charter meet a high standard. The worldwide expansion of the program is, in part, a reflection of that growing recognition. For instance, Johnson says the central banks of Korea and Singapore have made CFA participation mandatory for certain positions.

‘MBA on Steroids’

Recruiters share that view.

« The CFA is still a really valid credential. It’s still as hard as ever to achieve it, and I think it still adds a lot of value, » says Sandy Gross, managing partner and founder of Pinetum Partners LLC. She even likens the designation to « an MBA on steroids, » due to the program’s focus on investment knowledge.

While noting that actual experience is more important than any formal credential, Gross says a CFA charter brings credibility because it signals a job-seeker’s commitment. With so many individuals now angling to enter the hedge fund world, her recruiting specialty, she says, « The people that are taking the time or showing the initiative to get the CFA are showing that they’re really serious about wanting to go into hedge funds, as opposed to simply saying, ‘I want to go into hedge funds.' »

CTPartners’ Glenn Buggy calls the charter better than an MBA for the asset management roles he recruits for. « To be able to play in the game now, you have to have the most modern financial tool kit that you can, » Buggy says. « It’s not diluted at all. You need to have it in order to be able to compete for the best positions. »

For junior or entry-level applicants, having the charter improves a candidate’s odds of getting an offer from the most desirable employers, Buggy says. That tends to translate into better compensation.

His colleague Dennis Grant calls the designation « a plus » for portfolio manager roles in hedge funds he covers – but not a requirement. « I’ve never had anybody come to me and say, ‘I’m not going to hire this guy because he doesn’t have a CFA,' » Grant says.

In a recent presentation to the New York Society of Security Analysts, Vicky Oliver, author of 301 Smart Answers to Tough Interview Questions, placed the absence of a CFA at the top of her list of barriers to getting one’s first financial job. « If you possibly can, I would say that you should become a charter holder, » Oliver said. « I think if you don’t have the CFA, that is a big barrier and you need to be prepared to discuss why you don’t have it. »

 

Jon Jacobs

Efc

juillet 2019
L M M J V S D
« Nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031